Avis

5 %

Avis des utilisateurs

1 avis
Noter

Descriptions :

Qu’y a -t- il de plus touchant que la foi toute simple d’un enfant ?
Johanne vient d’avoir ses sept ans. Elle semble tellement charmante et heureuse de vivre cette jolie petite fille brune au teint clair !
Mais à l’instant on peut déceler, imperceptible, une ombre passer dans ses yeux noirs et pétillants lorsqu’un groupe d’enfants insouciants la dépasse en courant.
Oui, Johanne, c’est seulement en rêve qu’elle court ! Sa démarche est si disgracieuse, affublée de ses grosses chaussures orthopédiques d’où émergent deux petites jambes frêles. En effet Johanne est née avec les pieds bots.
Lors d’une promenade avec sa maman, la jeune infirme est attirée par une joyeuse et puissante clameur qui semble provenir de la grande tente qu’elles avaient déjà repérée la veille sur la place du Marché.
-‘Tu crois qu’on peut y aller aussi Maman ?’
-‘Mais oui ma Chérie, pourquoi pas …’
Elles entrèrent et se mêlant à la foule, elles entendirent un prédicateur appeler les gens à la conversion.
Il expliquait que le Seigneur est toujours le même aujourd’hui comme hier, qu’il désirait perpétuer son ministère de miséricorde pour les malades.
Puis le serviteur de Dieu annonce qu’il allait prier pour les malades et leur imposer les mains selon l’enseignement de Jésus, lui demandant de les guérir.
Plusieurs s’avançaient pour la prière.
-‘Maman, si nous y allions … ‘ dit Johanne
-‘Mais non, ce n’est pas pour toi ‘ répondit sa mère.
Et les yeux pleins de larmes, elle sortit avec la petite infirme.
-‘Maman, tu ne crois pas que Jésus puisse me guérir ?’demanda Johanne à sa mère le long du chemin.
– ‘Mais si ma Chérie ‘
Alors pourquoi m’as- tu- dit que ce n’était pas pour moi ?
‘Johanne ‘, reprit la mère, à la fois gênée et émue par tant de foi,
-‘Voudrais-tu que nous y retournions demain ?’
-‘Oh oui Maman ! Mais alors il faudra demander au Pasteur de prier pour que Jésus me guérisse, n’est-ce pas Maman ?’
-‘Oui ma chérie !’
-‘ Mais alors il faut qu’on aille vite acheter des souliers comme les autres petites filles pour quand je serai guérie.
Allons-y tout de suite avant que les magasins soient fermés !’
Entrant dans la boutique la mère de Johanne après avoir fait signe au vendeur, lui demanda une paire de chaussures qui puissent aller à la fillette.
-‘j’aimerais des souliers blancs !’
Le soir, elle s’endormit en serrant ses souliers blancs sur son cœur …
Le lendemain, quand l’homme de Dieu, après avoir rappelé les promesses de l’Evangile, invita les malades à s’approcher pour la prière, Johanne s’avança au bras de sa mère.
-‘Qu’est-ce que tu as dans ce paquet ? demanda -t-il à la fillette.
-‘J’ai deux jolis souliers que je vais mettre tout de suite quand Jésus m’aura guérie, répondit-elle ‘
Emu aux larmes par une foi si simple et si confiante, l’homme posa ses mains sur la tête de l’enfant et fit cette courte prière :
-‘ Seigneur Jésus, exauce la vraie foi de cette enfant ! ‘
La fillette s’assit et défit ses chaussures orthopédiques.
Ses petits pieds étaient toujours tout tordus.
Elle prit un premier soulier blanc, fit le geste de l’enfiler et c’est alors, qu’en un instant, devant trois mille personnes, le miracle s’accomplit :
Ses pieds se redressèrent !
Et tout de suite, chaussée de ses beaux souliers blancs tout neufs, Johanne, rayonnante, se mit à marcher avec grâce, on aurait dit une petite princesse !

Laisser un commentaire