Tu as été greffé pour participer à la nature divine !

Tu as été greffé pour participer à la nature divine !
16/02/2017 admin2

La Parole de Dieu est vraiment claire et nous explique notre transformation une fois que nous avons reçu Jésus-Christ comme notre Sauveur et sommes nés de nouveau afin de marcher en nouveauté de vie.

17 Mais si quelques-unes des branches ont été retranchées, et si toi, qui étais un olivier sauvage, tu as été enté à leur place, et rendu participant de la racine et de la graisse de l’olivier,

La culture de la vigne et des arbres fruitiers nous montre comment un greffon (la partie de la plante qui doit porter des fruits ) ne peut pas vivre sur un sol hostile. Mais après avoir été greffé sur un porte-greffe adapté à ce sol, il va produire de bons fruits sur ce sol inadapté à sa nature.

Pour éclairer la chose, laissez-moi vous parler d’une période dramatique pour les viticulteurs :
Nous sommes en 1867, apparaît dans les vignes un petit puceron de 0.5 mm. Il a la particularité de piquer les pieds de vigne et d’en sucer la sève, entraînant la mort de la vigne en quelques mois.

Ce parasite s’appelle le phylloxéra. Il s’est développé à grande vitesse dans les vignes européennes, détruisant une grande partie du vignoble, entraînant faillites et suicides ; c’est la période où l’on a compté le plus grand nombre de suicides en France, du fait de l’importance de la viticulture à cette époque.

Ce puceron était connu aux États-Unis, mais il n’y faisait que peu de dégâts, les pieds de vigne y étant résistants. On a donc importé des pieds de vigne américains pour leur greffer le peu de plants de vigne sains restant en France à certains endroits (Terrains sableux entre Montpellier et Aigues Mortes, ou pieds de vigne inondés la moitié de l’année (entre deux mers dans le Bordelais) et davantage encore dans les pays où on avait planté des cépages français : Etats-Unis et Chili notamment.

Voilà comment se fit l’opération : on choisissait un plan américain adapté à la grande variété de nos sols français (calcaire, sableux, humide, fertile ou sec), puis on venait greffer l’un des 200 meilleurs cépages français sur les 1400 recensés à l’époque.

Malheureusement, les plants américains de l’espèce « vitis labrusca » produisent des raisins qui donnent des vins de piètre qualité avec un gout uniforme appelé « foxé ». Au contraire, les espèces « vitis vinifera » utilisées en Europe et au Moyen-Orient permettent de produire des vins de qualité. L’espèce  » vitis vinifera« est composée de milliers de cépages sélectionnés par les vignerons depuis des milliers d’années et connus des amateurs de vins :

Pour les vins rouges les plus célèbres, il s’agit de Merlot, Cabernet, Pinot noir, Grenache, Syrah… Pour les vins blancs : Ugni blanc, Chardonnay, Sauvignon blanc Muscadelle, Riesling…
C’est pourquoi on eut l’idée de greffer ensembles des racines de vignes américaines résistantes au phylloxéra avec les parties aériennes des vignes européennes portant des fruits aptes à élaborer de grands vins.

Voilà comment se fit l’opération : on choisissait un plan américain pour jouer le rôle de « porte-greffe », c’est à dire d’appareil racinaire résistant au phylloxera et adapté à la grande variété de nos sols français (calcaire, sableux, humide, fertile ou sec), puis on venait greffer un « greffon » portant les fruits capables de produire du bon vin parmi l’un des 200 meilleurs cépages français sur les 1400 recensés à l’époque.

À cette époque, on réalisait la greffe à la main. Il fallait une certaine dextérité pour tailler en biseau le porte-greffe, puis ligaturer avec du raphia le ou les deux greffons et attendre que la greffe prenne, comme sur les images 1 et 2.

Le résultat fut un redémarrage de la vigne française après une période de 30 années noires. Actuellement, on pratique la greffe dite : « Omega », réalisée avec des machines au niveau des plants. Mais, fait étonnant, on continue de greffer à la main sur les pieds existant dans la vigne afin d’adapter la production au besoin du cépage. Au lieu de replanter un plant, on se sert de celui-ci comme portes greffes et on greffe dessus ce nouveau cépage !

Remarque : en pratique cela se fait peu car on trouve peu de personnes sachant réaliser cette opération délicate en plein champ.

Nous trouvons dans tout cela une illustration concrète de ce que Dieu a fait pour nous :

  • Le Cep, c’est Dieu, comme plan de vigne porteur des branches,
  • Le peuple d’Israël est la branche de la vigne d’origine qui devait porter du fruit.
  • Le peuple que Dieu s’est acquis est la branche de la vigne (ou de l’olivier) sauvage qui a été greffée à la place du plan d’origine, et qui finalement doit porter du fruits.

Le peuple élu était « le peuple d’Israël« . Hélas, par sa désobéissance, son endurcissement, il a été rejeté pour un temps, bien que Dieu en ait toujours gardé une partie selon l’élection de la grâce ! Comme Elie dans la caverne (1 Rois 19:18).

Le peuple que Dieu s’est acquis par Jésus-Christ est un peuple qui ne le cherchait pas, nous dit Esaie 65:1. Un peuple qui vivait dans l’ignorance, à qui Dieu s’est révélé individuellement à travers son sacrifice sur la croix de Golgotha.

Mais un jour, lors du retour du Messie, un grand nombre du peuple d’Israël reconnaîtra celui qu’l a crucifié et les deux peuples ne feront plus qu’un !

Oui, nous qui étions étrangers aux promesses de Dieu, nous avons été greffés à la place de l’olivier franc afin de produire des fruits à sa gloire !
Sans cette greffe, nous ne pouvions produire que des fruits dont nous rougissons encore aujourd’hui.

Cette greffe a eu lieu lors de notre nouvelle naissance ! Gloire à Dieu, nous pouvons dire : ce n’est pas moi qui l’ai cherché, mais c’est Dieu qui s’est révélé à moi !

Alors que nous sommes greffés sur Jésus-Christ, notre nature humaine, pécheresse est régénérée et purifiée, nous pouvons résister au péché, être dans le monde, mais pas du monde, ne plus être victimes des pièges et des manœuvres de satan, mais vivre dans la liberté qui est celle des enfants de Dieu. Grâce à l’œuvre de Christ, nous sommes invités à prendre notre croix et suivre Jésus-Christ notre Seigneur.

Conclusion

Exactement comme la vigne française a été sauvée de la mort éternelle grâce à la greffe des plans américains, nous avons été sauvés de la condamnation éternelle, grâce au sacrifice de Jésus, sur qui nous avons été greffés par la miséricorde de Dieu !
Remercions-le Seigneur Jésus-Christ, tous les jours, pour la grâce dont nous avons été l’objet et invitons tous ceux qui sont encore étrangers à venir à Lui ! Amen.

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*