Où est votre reconnaissance ?

Où est votre reconnaissance ?
01/12/2017 admin2

« En effet, si, après s’être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils s’y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. »2 Pierre 2.20

Judas : ce nom évoque la plus lamentable histoire qu’on puisse imaginer ; celle de l’homme qui, appelé comme apôtre, est devenu le plus abominable des traîtres. Son caractère est révoltant et son projet ignoble. Son marché infâme avec les principaux sacrificateurs inspire le dégoût. Et que dire de son hypocrisie envers son Maître qu’il livre par un baiser ? Il n’est pas étonnant que, fou de remords, il finisse par se donner la mort. Quant à son âme, elle s’en est allée dans le malheur éternel.

Pendant trois ans, il avait été l’objet d’une multitude de grâces. Il vivait dans la proximité de Jésus. N’est-ce pas de lui que parle déjà le Seigneur dans le Psaume 41.10 : « Mon intime ami aussi, en qui je me confiais, qui mangeait mon pain, a levé le talon contre moi. » ?

Il était l’un des douze, particulièrement honoré, puisqu’il était chargé de gérer l’argent (Jean 13.29). Il était celui à qui l’on faisait confiance. Qu’est-ce qui perdit ce malheureux ? L’amour de l’argent. A cause de cette passion, il perdit son âme.

L’histoire de Judas est impressionnante. Il porte un nom terrifiant, celui de « Fils de perdition » (Jean 17.12), titre qui ne laisse aucun doute quant à son avenir éternel. Sinistre détail, l’antichrist, le grand ennemi des derniers jours, portera le même titre et aura la même fin (2 Thessaloniciens 2.3 ; Apocalypse 19.20).

Cette histoire n’est-elle pas écrite aussi pour nous avertir ? En effet, nous qui avons le privilège de connaître le Seigneur, qui sommes privilégiés, car le Seigneur nous a donné son Esprit, nous qui étions païens et sommes devenus ses enfants, nous à qui Il confie de nombreux dons et bénédictions, prenons garde à ne pas nous détourner de lui.

Une prière pour aujourd’hui
Seigneur, que je prenne conscience de la grâce que tu m’as faite de me sauver et de me remplir de ta présence. Aide-moi à me détourner de plus en plus de ce qui m’éloigne de toi.

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*