Le fondateur

Mon témoignage

Né dans une famille traditionnelle, j’ai été élevé dans la religion, mais cela ne suscitait aucun écho dans mon cœur.

Je faisais mes études dans une école religieuse, mon oncle était prêtre, mon grand-père chantre et sacristain. J’accompagnais ce dernier très souvent dans son service, assistais aux offices, parlais avec les prêtres, mais rien ne m’apportait la paix et la joie.

Je suis « né de nouveau » à l’âge de 21 ans; c’était la première fois que j’entendais le véritable Évangile. J’étais à cette époque marxiste-léniniste, photographe pour divers journaux dont “La Cause du peuple”, le journal de Jean-Paul Sartre.

Dans le même temps, je terminais mes études d’œnologie en Champagne.

Malgré tout  ce qui m’environnait, toutes les activités au travers desquelles je cherchais à trouver une raison de vivre, j’étais triste, voire dépressif.

Puis ma vie a été totalement bouleversée… Un jour, alors que j’étais à Reims, un jeune homme, britannique m’aborda;  il venait parler de Jésus aux étudiants français. Immédiatement, je lui fis part de mon opposition. J’étais surpris qu’il osât parler de Jésus, qui devait être réservé, selon moi, aux  enfants et aux personnes âgées. En discutant avec lui, je me rendis  compte que ce jeune homme avait fait de brillantes études de philosophie à l’Université d’Oxford et que  ses connaissances étaient plus étendues que les miennes. Malgré son savoir qui aurait pu le freiner, il avait découvert ce Jésus dont il parlait avec tant de zèle et de joie.

Puis il m’invita à venir assister à une réunion, dans les environs de Paris, à Rueil-Malmaison, la semaine suivante.

Cela me semblait impossible pour moi de venir à Paris, étant donné mes obligations. Toutefois, quelques jours après, je décidais de venir écouter ce prédicateur et  me rendis à Paris en auto stop. C’était le 15 mai 1971.

J’ai écouté le pasteur qui s’appelait Alain Choiquier. Il disait que la révolution changeait tout sauf le cœur de l’homme, mais que Jésus était venu pour changer ce cœur, vaincre la puissance du péché et donner une vie nouvelle ». A l’écoute de ce message, la révélation de mon péché et surtout du prix payé par Jésus-Christ pour que j’en obtienne le pardon, me conduisirent à me repentir et à l’accepter comme mon Sauveur et Seigneur.

La réunion commença à 15 h.

A 16 h, ma vie fut transformée. Mes parents me dirent : “Cela ne durera que quelques mois !”, mais aujourd’hui, après 43 ans, j’ai toujours en moi, la même paix et la même joie.

Depuis plus de 43 ans, je vois l’œuvre de l’Évangile et la prédication de la croix de Jésus Christ, sauver, et transformer tous ceux qui ouvrent leur cœur à Sa grâce et à Son amour.

Je vois les vrais chrétiens se fortifier à travers Sa mort et Sa résurrection. Je souhaite continuer à Le servir sur cette terre le reste de mon existence, en attendant d’être avec Lui pour l’éternité.”

Questions fréquentes

Comment suis je venu à conter des histoires ?

Un jour, un ami qui était directeur d’une radio chrétienne « Nu-Radio » à l’ile Maurice, m’a demandé de venir à sa radio pour parler de ma foi à ses auditeurs. J’ai répondu avec plaisir à son invitation et j’ai illustré mon témoignage par une histoire qui venait de me toucher particulièrement…  Cette histoire était  » Le vol de mes planches  » Les auditeurs de cette radio ont appelé pour dire leur intérêt et mon ami a été tellement encouragé qu’il  m’a tout de suite prié de revenir le lendemain pour raconter une autre histoire, de même les jours suivants. Après  15 jours d’émissions, il  m’a demandé d’enregistrer, à mon retour à Paris, six mois puis un an d’histoires pour ses émissions quotidiennes. C’est comme cela qu’est né « 365 histoires.com », bien qu’aujourd’hui, j’en sois à plus de 1000 histoires enregistrées!

Pourquoi êtes vous venu à écrire ces histoires ?

Jésus racontait des paraboles à ses disciples  afin de faire comprendre les vérités importantes de l’Evangile. Il leur disait à la fin de celles-ci : voici ce que signifie cette parabole …et Il donnait, à leurs questions, une explication renversante qui les éclairait ou qui, au contraire, était incompréhensible pour eux, si leurs cœurs n’étaient pas ouverts

La prédication de l’Evangile est quelque chose de puissant . Elle peut être agrémentée de paraboles ou d’histoires vécues, destinées à éclairer  en profondeur, la révélation de la  Parole de Dieu et à la rendre pratique et concrète. L’évangile est réel et concret pour changer notre vie … à nous d’ouvrir nos cœurs  !

Comment êtes vous venu à écrire des livres de ces histoires ?

Je n’avais pas le temps d’écrire et il était inconcevable de prendre du temps pour écrire un livre mais un jour, le Seigneur a permis que j’aie un accident de moto. J’avais un pied cassé. C’est le moyen que le Seigneur a utilisé pour m’immobiliser et me permettre de prendre le temps d’écrire un livre; en réalité j’en ai  écrit successivement cinq.

Comment êtes vous venu à la vidéo ?

J’ai été photographe de presse pendant de nombreuses années et j’avais toujours des appareils professionnels. Un jour, un ami m’a demandé pourquoi je ne  faisais pas  des vidéos de mes histoires ? J’ai donc essayé car mes appareils photos permettaient également de faire de la vidéo mais je n’avais aucune notion technique. Je me suis mis à étudier et je me suis lancé. Les débuts n’étaient pas glorieux mais j’ai persévéré et aujourd’hui 10 chaînes de télévision passent mes émissions.

Il y a eu un facteur déclenchant pour  la réalisation de mes vidéos : les rencontres avec des artistes chrétiens : graphistes, dessinateurs, illustrateurs, réalisateurs de bande dessinées, qui ont apporté un plus à mon travail.  Sans eux en effet, mes vidéos n’auraient pas eu le même succès !

J’accueille avec plaisir ceux qui ont envie de travailler avec moi. Les nouveaux talents qui me contactent via Internet pour me proposer leur collaboration, lorsqu’ils aiment ce que je produis, sont toujours les bienvenus.

Environ 2 à 3 millions de personnes, dans les pays francophones, regardent mes vidéos à  la télévision et 1million sur Internet.

Quels sont les fruits que produisent ces histoires ?

Pour moi, je suis le premier à être béni par ces histoires car, soit elles me sont arrivées personnellement ou soit ce sont des histoires racontées par d’autres personnes, qui m’ont marqué et surtout encouragé dans ma foi, pour vivre de nouvelles expériences avec Jésus.

Un exemple : J’entends à la télévision une grande comédienne française raconter avoir subi deux opérations à cœur ouvert, l’ayant laissée sans force. Malgré des séances avec un psychologue, elle se sentait vide intérieurement, découragée, voire désespérée.

C’est alors que je décide de lui écrire pour lui parler de Jésus-Christ, seul vrai consolateur et sauveur dans ce monde, à travers sa mort et sa résurrection, celui qui peut nous donner la vraie vie.

Mais, je n’étais pas sûr de sa véritable identité, ni de son adresse, je connaissais seulement son nom d’artiste, et soudain, je me rappelle cette histoire lue récemment.

En 1885, après avoir découvert le vaccin contre la rage, Louis Pasteur sauve un jeune garçon de 9 ans Joseph Meister qui, plus tard par reconnaissance, travaillera comme gardien à l’Institut Pasteur. On appellera Louis Pasteur “L’homme qui fait des miracles”. C’est alors qu’un jeune homme est mordu dans son village de l’Est de la France, par un renard infecté. Son père décide d’écrire à “l’homme qui fait des miracles,”  il ne connaît  ni son nom ni son adresse mais il écrit sur l’enveloppe :   « A l’homme qui fait des miracles, Paris « !

Le service des postes connaît cet homme et lui fait suivre le courrier. Dix jours après, l’enfant est vacciné et sauvé.

Je comprends que, ce que je viens d’entendre à la télévision ressemble étrangement à ce que ce papa vivait en voyant son  fils dépérir rapidement. Je décide, avec l’aide du Seigneur, d’écrire à cette personne. Seigneur aide moi !

Je suis devant mon ordinateur et j’écris le prénom  et le nom de cette personne @gmail.com, cela ne fonctionne pas je reçois “Message d’erreur”, puis je persévère avec @hotmail.fr, puis @yahoo.fr  etc… et enfin je reçois une réponse accusant bonne réception de ce message de la part de cette personne. Depuis, je suis  en contact avec elle et, par mes histoires, j’essaye de l’encourager à rencontrer le vrai “Homme qui fait des miracles dans les corps et surtout dans les cœurs !”

Aussi, beaucoup de frères et sœurs me témoignent l’impact des histoires dans leurs vies, lisez leur témoignage.

Quels sont vos projets?

Actuellement, je commence à étudier la possibilité de créer une base de données de toutes mes histoires pour permettre à chacun, grâce à des mots clefs, de trouver l’histoire qui lui permettrait d’illustrer une prédication ou une exhortation !

J’ai également le désir de raconter mes histoires dans les églises et je me tiens à la disposition des pasteurs qui m’en feront la demande.

Quel est le public auquel s’adressent ces histoires ?

Les histoires sont destinées aussi bien à des enfants qu’à des adultes.

Dernièrement, je m’étais rendu à l’invitation d’un pasteur de la région parisienne afin de raconter mes histoires à l’église . Il avait voulu garder les enfants pendant le culte, car pour lui, ces derniers étaient les vrais destinataires de ces histoires. Après en avoir raconté plusieurs, je me suis aperçu que le pasteur pleurait, touché par mon récit.

Mes plus fidèles auditeurs ont entre 10 et 99 ans !

Une grand-mère de 97 ans, ancienne institutrice de son village, m’écrit que je fais la joie de sa vieillesse car elle est maintenant aveugle et elle écoute des radios Chrétiennes ou des CD pour entendre mes histoires.

A l’île de la Réunion, les enfants des écoles chrétiennes écoutent mes récits dans leur moment de culte et quand je suis dans leur Île, dès que je commence à conter une histoire, ils la finissent avec moi; je vois leur visage s’illuminer car ils connaissent mes histoires par cœur.

Comment me contacter et quelles sont mes conditions ?

Pour les pasteurs qui le souhaitent,  ils peuvent m’envoyer un mail pour fixer une date d’intervention. J’interviens lors de réunions du samedi soir ou du culte le dimanche matin, ou bien encore les deux.

Pour le culte, je prêche l’évangile, en illustrant ma prédication, d’histoires vécues.

J’interviens à titre gratuit et je présente mes produits à la fin des réunions.

A bientôt donc…

Jean-Louis-et-Sonia-Gaillard

Ma tendre épouse et moi-même